SOREK

SOREK – Le Secret –01–

Temps de lecture : 3 minutes

 

Il n’y a que deux lignes à la conclusion. J’ai longtemps hésité à la compléter et l’argumenter, mais je me suis dit qu’une conclusion directe et succincte serait plus adaptée. Deux lignes, deux petites lignes dont la portée m’échappe totalement. Ces deux lignes-là ont peut-être le pouvoir de mettre à terre les plus puissantes de leurs certitudes. Ils ont basé leur Dogme, leur légitimité, leur existence même sur ces certitudes. Et mes deux lignes pourraient secouer l’ensemble jusqu’aux plus profondes fondations.

J’ai peur. Je ne sais pas vraiment comment faire pour me sortir de cette histoire. Je sais bien que ce que le fruit de mes recherches est vraisemblable, n’en déplaise à ce pervers de KT. KT…je n’arrive même plus à dire son nom tellement ce vieux vicieux me dégoûte. Oh, ça, il est intelligent, c’est un vrai génie, mais c’est aussi un tyran sadique. Mais quel autre taré de son espèce mettre à ce poste si ce n’est lui !

Quand je lui ai présenté mon travail et la conclusion, il a ri. Il a un petit rire aigu qui vous donne des frissons comme si vous grattiez le sol métallique du laboratoire avec vos ongles. Il a beau avoir réfuté la totalité de ce que je lui ai présenté, je sais très bien que ce petit rire de pervers frustré indique qu’il était gêné. J’ai donc tapé dans le mille. J’en suis certaine.

Et c’est ce qui me tétanise.

 

KT m’a demandé si j’en avais parlé à quelqu’un, s’il existait d’autres copies que celles qui se trouvaient entre ses griffes d’aigle. Bien sûr, je lui ai répondu que non ! J’ai l’impression qu’il m’a cru, il m’a rendu les documents et demandé de fermer la porte en partant. Je ne me suis pas fait prier.

Mais ce soir, seule dans mon appartement, malgré toutes les vitres opacifiées, j’ai vraiment peur.

Que vais-je en faire, est-ce que je dois le détruire ? Le donner ? Mais à qui.

 

Journal du Docteur Marion Na’thai // Nov. 3302 //

 


Vous pouvez lire et télécharger cet article au format PDF pour un meilleur confort de lecture. Toute reproduction ou diffusion interdite.

[dkpdf-button]


un commentaire


Laisser un commentaire