Histoires de la Horde

Barnaby Gateway

Barnaby Gateway, système Bragurom Du, 4h30 du matin*

WING ATLANTIS*

 

Le Yeager avait été posé assez loin de la base afin de masquer leur approche. Le Courier avait déjà rempli un grand nombre de missions de ce type : larguer quelques hommes de la Phalange Noire, pénétrer dans un bâtiment sécurisé, exfiltrer la cible, s’en tirer le plus vite possible, effacer toutes traces, même…vivantes.

Les deux hommes se connaissaient depuis de longs mois. Ils avaient été mobilisés à de nombreuses reprises pour faire tomber des outpost ou autres bases pour le compte du Consilium. Ils n’avaient jamais eu de médailles, quelques reconnaissances au mieux, mais les “rampants” n’avaient pas l’aura des pilotes. Et pourtant en cette nuit glaciale, perdus sur une lune du système Bragurom Du, ils allaient une fois encore remplir une mission délicate ; Mais leur employeur avait changé. Ils avaient suivi celle pour qui ils donneraient leur vie, sans hésitation. Les raisons de son départ leur importait peu, ils étaient là pour elle, depuis le début, et pour personne d’autre. Surtout pas ces ingrats du Consilium, qu’ils se débrouillent !

Plusieurs hommes avaient rejoint la Horde en emportant une bonne partie de leur matériel, armes et armures. Ces dernières avaient été redessinées aux couleurs de la Horde. Le noir des corbeaux avait laissé la place au blanc, au gris et au rouge. Ce rouge qu’Alvinia affectionnait tant. Elle avait laissé sur eux sa marque. Ils étaient devenus ses rebelles, ses parias, ses armes.

Le premier homme, accroupi vers le socle du terminal de sécurité, ne faisait pas un bruit en manipulant les fils entremêlés. Dans son dos, un second commando de l’ombre couvrait les arrières. Il scrutait les alentours à la recherche du moindre mouvement. Il articula en silence des mots que son implant au larynx transmis à son acolyte.

-T’en as encore pour longtemps ?

-Non, mais le code est costaud. Sont fortiches chez Remlok

-Clair ! D’ailleurs c’est marrant, nos armures ont peut-être bien été fabriquées ici-même.

 

La porte s’ouvrit enfin et les deux ombres s’infiltrèrent à l’intérieur de la base en longeant les parois afin d’éviter toute détection. Ils s’approchèrent prudemment du hangar qui avait été désigné comme leur cible.

-C’est trop calme ici, j’ai un mauvais pressentiment.

-Tu as toujours un mauvais pressentiment. On récupère ce dont la flotte à absolument besoin au nez et à la barbe de Remlok et on se tire aussi vite qu’on est venu. Net et sans bavure.

 

Il posa la main sur la serrure du hangar et commença à l’actionner quand….

 


REMLOK INDUSTRIES*

 

 

Les deux hommes entendirent un bruit, métallique et distant. Conscient de la surveillance robotique des lieux, ils se dirent que c’était simplement un drone qui s’était déplacé dans une pièce à l’autre bout du hangar, et ils continuèrent leur chemin. Lorsqu’ils arrivèrent enfin dans le bâtiment principal, l’un d’eux ne pu s’empêcher de s’émerveiller sur le lieu :

-Whoaaaa, c’est immense ici, on dirait une cathédrale.

-Tu m’étonnes. Et devine quoi, le dieu de cette cathédrale nous offre des montagnes de matériels. Allez, fini de faire du bruit, on récupère ce qu’on veut et se fait la malle.

Alors que les deux acolytes se mettaient au travail, deux lourdes masses tombèrent brutalement derrière eux, et dans un mouvement synchronisés, tasèrent les infiltrés. Ligotés par des liens-plasma à l’estampille Remlok, ils ne pouvaient bouger et restèrent donc au sol dans l’incapacité d’agir. Juste à côté, les membres de sécurité du hangar étalaient leurs faits d’armes.

 

-Ah Aweryth te voilà, t’inquiètes on les a choppé.

-Salut les gars, alors Arakhur vous les avez eu comment ? Quand j’ai vu les vidéos des caméras, j’ai tout de suite vu que c’était pas des voleurs normaux, trop discrets et bien équipés. Je suis venu aussi vite que j’ai pu.

-Nous aussi, Yue et moi on est passé par les poutres métalliques du toit du Hangar1. Ensuite on est tombé derrière eu et ils ont goûté à nos nouveaux Taser. Les inclure dans notre mallette RI était une excellente idée tout compte fait. Allons leur poser deux trois questions.

-Allons y, dis Yue. Ces saletés m’ont empêché d’aller me coucher, j’ai bien envie de leur passer l’envie de recommencer et de se servir chez nous.

 

La porte de la cellule s’ouvrit en grand et les trois hommes de Remlok entrèrent. Un des deux Atlantes fit un grand sourire narquois à Yue et lui dit :

-Bah alors gamin, le petit garçon a pas pu aller faire dodo donc il est pas content ?

 

Hors de lui, Yue allait envoyer une droite monumentale dans la mâchoire de l’Atlante. Au dernier moment, Aweryth se rendit compte des couleurs qu’arboraient les prisonniers, arrêta net le bras de son ami et murmura :

-Alvinia de Messalina…

-Les deux hommes s’exclamèrent alors, nous mourrons pour elle ! Vous ne saurez jamais où elle est !

-Oh que si, je sais très bien où elle est, et je peux la joindre à tout moment. Je vous conseille de la fermer et si vous tenez à vos dents, de ne pas mettre mon ami en colère.

 

Aweryth sorti son RICom et annonça : Message au cercle de direction rapproché, incluant le Directeur, les Ingénieurs en chef, l’Avant Garde et les Associés. Ici Aweryth, je déclenche le protocole “rouge”. Une réunion de crise doit impérativement être tenue dans les six heures suivantes.

Le directeur Remlok, Nicou, répondit presque immédiatement à l’appel du jeune avant-garde.

-Ici Nicou, bien reçu, que se passe t-il ? Le code rouge indique une attaque importante sur nos locaux basés à la surface. Il est impératif de protéger nos intérêts tandis que nous préparons notre gouvernance de Bragurom Du.

Aweryth lança ensuite la communication avec le “contact #_. ..-=}_ . Les deux Atlantes, ébahis, virent alors le visage d’Alvinia de Messalina apparaître, saluant le commandant Aweryth, qui répondit :

-Je vous salue Madame, je crois que nous allons devoir discuter plus longuement que la dernière fois… Voici également le directeur Nicou de Remlok Industries. Je pense que vous nous devez des explications.

CMD Aweryth / Nicou RI


WING ATLANTIS*

 

Comme à son habitude Alvinia de Messalina ne sourcilla pas. En un instant elle comprit la situation et dût se rendre à l’évidence, les choses ne seraient pas aussi simples que prévu. Elle balaya de son esprit toute forme de culpabilisation et fit comme si la situation était tout à fait normale.

-Bonjour Commandant. Je dois vous avouer être assez impressionnée. Rares sont ceux qui viennent à bout de commandos aussi bien entraînées. J’avais donc raison, la technologie Remlok nous sera indispensable, cette situation le prouve plus que toute autre.

Je vais aller droit au but. Il est tard, vous avez les traits tirés et j’imagine que vous n’êtes pas préparés à de tels événements.

Comme je vous l’ai dit nous avons besoin de matériel pour la flotte. Et ce matériel nous ne pouvons pas le payer. Ce que vous avez il nous le faut. Vous me connaissez, je m’arrange toujours pour atteindre mes objectifs. Pour autant, je dois être franche :

Comme je vous l’ai expliqué lors de notre rencontre avec le commandant Aweryth, Monsieur le Directeur, j’ai eu une information importante entre les mains. Si importante qu’elle m’a fait quitter fonctions, titres et privilèges.Cette information, dont je ne peux absolument pas parler pour le moment pourrait, si elle s’avère exacte, changer le visage de notre Galaxie. En conséquence, je dois tout vérifier. Tout reprendre à zéro, balayer ce que le LARA a bâclé, tout autant que le Consilium devenu un pachyderme dont l’embonpoint n’a d’égal que son obscurantisme.

Ma flotte est libre, mais pour le moment incapable de se rendre dans l’espace profond, faute de matériel adapté.

Je vois assez peu de solutions envisageables à notre problème. Etant donné que mes hommes ont échoués, je crains que nous devions trouver un terrain d’entente, n’est-ce pas ? Je vous propose donc de mettre à votre disposition mon expertise et la liberté de ma flotte qui ne respecte rien d’autre que ses propres lois. Je pense que vous devinez aisément le potentiel d’un tel outil.

En échange, vous nous fournissez ce dont nous avons besoin.

Ensemble, nous avançons sur la recherche Alien car nous savons très bien, Monsieur le Directeur, que le temps est compté.

Je vous laisse le choix.

 

Une dernière chose : faîtes ce que vous avez à faire avec mes hommes. Ils ont été formés pour ça, n’ayez pas de remords.

J’attends votre réponse Messieurs.

Elle bouillonnait et la colère tordait ses entrailles. Mais sur son visage il n’y avait aucun mouvement. Une statue de marbre aurait été plus vivante.

 

A SUIVRE….

 

*Ce RP a été co-écrit entre la Remlok Industries et la Wing Atlantis. Il s’agit d’une “joute” RP.


3 commentaires

  1. Nemecta
    Nemecta
    14 avril 3303 à 14 h 10 min

    Ah good du RP commun 😀 on attend la suite 😉

    Envoyer
  2. Wilhelm M.
    14 avril 3303 à 14 h 35 min

    Super. une bonne tension sur la fin. Brrr…. j en frissonne encore.

    Envoyer

Laisser un commentaire