Histoires de la Horde

Surveillance silencieuse

Temps de lecture : 8 minutes

08 janvier 3304, 

Le Nez

Voilà 2 semaines qu’il trainait son Python entre Crevit, Lushu et 18 Ceti. Sa mission d’écoute se déroulait mollement. Les dernières nouvelles tombaient en clair dans les systèmes Black Birds Concilium et il n’avait qu’à ouvrir un canal pour les récupérer. Autant regarder l’holonews depuis le Lestoni, se disait-il. Sad’Ju manquait de patience et d’occupation, on le sentait faire les 100 pas et user la passerelle du Python. Mel, son second, lui faisait souvent remarquer que son attitude nuisait au travail de l’équipage. Ces techniciens et mécaniciens savaient travailler à des tâches répétitives, ils étaient formés pour cela. Elle aussi d’ailleurs, savait tenir en place, dans un vaisseau fantôme. Le « Nez » était un python assez récent, équipé des meilleurs technologies furtives. Il parcourait ce secteur de la Galaxie afin de rendre compte à Alvinia de Messalina et à ses « régisseurs de Horde » des agissements des Black Birds, ceci sans outrepasser le travail de Yumet Khrone, qui officiait sur une voie plus directe et plus diplomatique.

Sad’Ju était un jeune commandant, débauché de la flotte impériale, qui avait une fougue et une envie de réussir assez notable, avec une retenue dans les actions, cependant. Il n’était pas connu pour être un excité de la gâchette. Les recruteurs de la Wing Atlantis avaient vu en lui un futur stratège, même si les années devaient faire leur œuvre pour forger cette personnalité. Il était pour l’instant en « évaluation », aux commandes d’un vaisseau fantôme, c’est-à-dire un « écouteur ».

Il épluchait les résultats de ses dernières écoutes, dont la principale information était la création d’une division au sein du BBC, orientée sur l’approche thargoide : la D.A.X., qui n’était pas sans rappeler PRISME, mais en version peut-être plus vindicative, vu les positions des Black Birds sur ces aliens.

 

– « Commandant, nous avons une entrée de 2 vaisseaux dans la zone de proximité ! Ils s’approchent à grande vitesse ! »

– «  Quoi ? Mais ??? Passez en mode furtif, plus vite. Manœuvre d’évitement ! On ne doit pas être vu »

– « 2 Anacondas, commandant, j’en ai un qui fonce droit sur nous… Attendez ! J’ai perdu le 2ème ! Plus de traces au scanner »

– « Bon sang ! Fouillez-moi le secteur, à la lampe torche s’il le faut ! Machinerie, préparez un saut FSD le plus tôt possible. »

Mel arriva en catastrophe sur la passerelle, réveillée par les alarmes silencieuses du vaisseau, elle avait à peine eu le temps de passer un vêtement en sortant de ses quartiers.

– « Commandant, que se passe-t-il ? »

– « Mel, nous avons 2 visiteurs, il faut les semer. Prenez le poste de pilotage. »

– « Ici machinerie : blocage de masse 23, nous ne pouvons pas sauter »

– « Où est ce foutu Anaconda, Mel, toutes les puissances aux moteurs ! »

– « Commandant, le 1er anaconda vient d’apparaitre devant nous ! »

L’ambiance sur la passerelle commençait à ressembler à une étuve, les événements qui s’enchainaient faisaient monter la température de tout l’équipage et certains devenaient même rouge, de colère ou de frustration. Il était clair que le « Nez » n’était pas armé pour un combat contre 2 anacondas, et encore moins contre des Black Birds. Il fallait décider : la reddition, l’autodestruction ou une hypothétique tentative de fuite, au boost et au saut SuperCruise. Sad’Ju y croyait peu.

– « Python « Nez », nous n’avons pas d’intention hostile. Coupez vos moteurs et parlons. »

La voix qui sortait du haut-parleur semblait calme, posée, après tout, ils avaient tous les avantages sur Sad’Ju. Ce dernier capitula :

– « Machinerie : arrêtez la charge FSD. Mel, redirigez la puissance sur les boucliers. Ouvrez la communication… »

Il était désolé, désolé de son incompétence, de ce vaisseau poussif, du monde en général. Qu’est-ce que les corbeaux allaient bien pouvoir lui dire ? Lui dresser une contravention parce qu’il effectue de l’espionnage illicite dans leurs systèmes ? Ça ne valait pas une prime, ça valait la mort…

– « Commandant, ici les commandants Redfox et Jimoo du BBS. Nous avons une … requête. Nous aurions préféré en parler directement à Madame de Messalina, mais il semble qu’elle soit injoignable dans la Bulle. Pourriez-vous lui faire passer le message, au plus vite, que nous souhaiterions parler avec elle ? »

– « Je n’aurai pas plus de chance de la joindre que vous, commandants, mais vous pouvez peut-être me confier la teneur de votre message ? »

– « Le temps joue contre nous, commandant, aussi je ne m’offusquerai pas de votre réponse, et je vais vous dire ce que nous désirons : votre aide, même minime, sur GD 1192, afin de contrer cet état de guerre, serait … appréciable. Certaines factions ont déjà apporté leur aide, et … la vôtre serait une pierre à l’édifice. »

Interloqué, Sad’Ju ne trouvait pas ses mots, son cerveau bouillonnait, calculait les implications de cette demande, et de ce qu’il fallait répondre. La diplomatie n’était pas son fort, mais de son souvenir, ce n’était pas le fort de tout le BBC non plus. Il fallait jouer finement.

– « Commandants, j’ai reçu votre message. Je prendrai sur moi de transmettre à la Horde votre demande. Je ne doute pas que des pilotes chevronnés viendront dans votre système et tenter de répondre à vos besoins. J’en fais serment. »

– « Nous vous remercions, commandant, nous allons vous laisser à vos … occupations. N’oubliez pas d’émettre votre message, je vous prie. Bon vol, commandant »

Les 2 anacondas firent volte-face et laissèrent le Python, seul, dans le noir de l’espace.

Mel était intriguée : « Des Black Birds qui viennent demander de l’aide ? Tu… vous ne trouvez pas ça étrange, commandant ? »

– « Oui second, très étrange, mais néanmoins sincère et véridique. Je vais laisser le soin à Mme de Messalina d’analyser tout ça. Mais je vais transmettre le message à la Horde. Et un autre encore. C’est peut-être l’heure pour nous de quitter cet espace et ce manteau d’espion. Nous avons un coup à jouer, Mel. »

 

[dkpdf-button]

 


 


un commentaire

  1. Alexandre Hervatin
    26 juin 3304 à 15 h 37 min

    Très bien écrit, très intéressant 🙂

    Envoyer

Laisser un commentaire