L'Outpost

L’outpost

Temps de lecture : 7 minutes

29 octobre 3304, 

Lieu secret

 

Elles avaient raison, l’endroit était splendide. Debout devant la modeste baie de la cellule spartiate Alvinia contemplait la petite planète glacée auréolée de ses fins anneaux délicats. Elle s’était posée sur l’Outpost pratiquement désert quelques heures auparavant, laissant le Philby au fond d’un hangar crasseux et dont la structure menaçait de l’écraser à tous instants. Remettre cet outpost sur pied allait être une tâche colossale, mais il le fallait !

Le leader de la Horde avait quitté ses quartiers de la station troglodyte du système HIP16813 sans prévenir qui que ce soit afin de rejoindre ce système esseulé à l’autre bout de la bulle. Elle avait rejoint ce nouveau refuge afin d’y établir un laboratoire totalement dédié à ses projets. La situation à HIP 16813 était devenue bien trop risquée et il n’était plus possible d’y pratiquer ses recherches. Sirius INC avait des yeux partout et traquait le moindre de ses mouvements. Elle s’était donc tournée vers celles qu’elle considérait maintenant comme ses plus proches alliées : les sœurs de l’Ordre des Seven Bells. Ces dernières avaient fait des miracles afin de soutenir celle qu’elles considéraient maintenant comme une des leurs. La Révérende avait tout organisé. C’était une femme brune, de si petite taille qu’elle se situait à la limite du nanisme, au regard intelligent et à la vivacité intarissable. Cette ancienne biologiste avait immédiatement adhéré au projet de la Horde et soutenu le développement des projets, y apportant même une touche personnelle. Cette spécialiste des espèces fongicides avait de quoi tenir en haleine les plus éminents spécialistes. Elle avait rejoint les soeurs à la suite de la disparition de sa famille, cherchant un refuge pour se reconstruire et entamer une nouvelle vie. Les similitudes avec Alvinia étaient frappantes, au point qu’elles passaient le plus de temps possible ensemble.

Malheureusement, les griffes de Sirius INC avaient lourdement entravé les progrès et il était devenu évident qu’une solution de repli était à envisager. Le réseau des Seven Bells s’était donc mie à l’oeuvre et Alvinia avait appris que ses soeurs avaient mis sur pied une solution des plus astucieuses. C’est la Révérende qui avait apporté la nouvelle à Alvinia, à peine remise de ses blessures que lui avait infligées la fuite du Corax.

-« J’ai ce qu’il vous faut, ma soeur » avait annoncé la petite femme aux yeux pétillants. « Il est évident que vous ne pouvez plus poursuivre votre oeuvre en ces murs, et vous imaginez à quel point, ma chère Alvinia, c’est un déchirement pour nous toutes de vous voir partir. Mais tel est le destin de certains, et vous êtes de ceux-là, Alvinia. Les soeurs ont mis la main sur un vieil outpost abandonné, à l’opposé de la bulle. Le système est vide, il n’y a personne. Seul un ancien outpost industriel tourne autour d’une planète à près de 2000 Sl de son étoile. Autant vous dire qu’un tel endroit ne suscite aucune convoitise. Les yeux sont tous tournés vers les Pléiades, cela nous arrange. Vous aurez tout ce qu’il faut sur place pour monter un laboratoire digne de ce nom. »

La Révérende avait remis à Alvinia un datapad avec le nom du système et une autorisation officielle pour s’y établir. Alvinia avait pris connaissance du présent qui lui avait été fait. Personne n’aurait voulu d’un tel système….et c’était bien la force de ce dernier ! Alvinia porta les yeux sur la petite femme, une profonde émotion marquait ses traits.

-« Je ne peux…. »

-« Taisez-vous et acceptez. Votre projet est trop important pour tomber entre les mains de Sirius. Et cet outpost ne nous a presque rien coûté ! Ne vous attendez pas à un palace, c’est une ruine dont personne ne veut, même les pires brigands de la Galaxie. Il est à vous, et n’en parlons plus. Redonnez-lui vie, construisez-y votre laboratoire, faites-en un refuge pour votre Horde si vous le voulez, mais restez discrète. Et si vous arrivez à faire quelque chose de cet outpost, peut-être que je daignerais venir vous y rendre visite, qui sait ? Quitter ce vieux caillou me fera peut-être du bien. ».

-« Merci. Du fond du coeur, merci. »

La femme sourit, mais préféra masquer ce qu’elle ressentait et dit simplement :

-« Ne tardez pas, vous avez du pain sur la planche ».

Sur ces courtes paroles, mettant un point final à leur discussion, elle tourna les talons et rejoignit son bureau sans se retourner laissant derrière elle le vide de l’inconnu vers lequel plongeait à nouveau le leader de la Horde.

 

 

L’outpost était effectivement dans un état de délabrement total et il faudrait des semaines, peut-être des mois pour le remettre en fonction. Ce serait d’autant plus long qu’en dehors des quelques dizaines de soeurs des Sevens Bells qui l’avaient accompagnée, personne ne viendrait les aider. Elles devraient œuvrer seules loin des tumultes Thargoids, loin de la Horde qui lui manquait déjà, loin de MediCorp dont il faudrait sans aucun doute tirer quelques ressources vitales au moment opportun.

Mais chaque chose en son temps. Alvinia se retourna et quitta ses modestes quartiers pour accueillir le dernier contingent qui les avait rejoints plus tôt dans l’après-midi pour commencer à établir la tête de pont. En parcourant les coursives rouillées, faiblement éclairées par les quelques lumières vacillantes, Alvnina dépassa la poignée de sœurs ingénieurs dirigeant les servants mécaniques afin de parer au plus urgent : l’eau, l’énergie, sang vital pour réussite le vieil outpost, mais surtout la distribution et le recyclage d’air. Ils leur tardaient tant de pouvoir quitter les masques Remlok !

De sa main gantée, Alvinia caressa la paroi rouillée et afficha un sourire masqué par le casque de survie.

« Je suis chez moi » se dit-elle. « Ceci est l’endroit où je vis ».



Laisser un commentaire