Histoires de la Horde

Jamais seuls

Temps de lecture : 6 minutes

La vue offrait un large panorama sur l’espace profond. La flotte se trouvait à la frontière des mondes habités et à quelques dizaines d’AL du monde mystérieux des pléiades. Pourtant, les plans d’Alvinia de Messalina n’étaient pas, pour le moment, axés sur ces systèmes. La prochaine, et première destination de la flotte nomade, serait bien plus lointaine. Le voyage leur serait peut-être fatal. Déplacer une telle horde, si hâtivement préparée, pouvait sembler déraisonnable. Mais ils n’avaient pas le choix. Le temps était compté et elle n’était absolument pas en capacité de savoir si la rencontre était proche ou pas. Ils ne devaient pas perdre de temps.

Elle baissa ses yeux artificiels vers l’objet que lui avait remis le superviseur le jour de son arrivée. Le livre* avait parcouru des siècles et d’incroyables distances. Elle l’avait tenu entre les mains bien des années auparavant, dans un vaste et lumineux bureau où allait se tenir une rencontre qui, de bien des manières, l’avait menée jusqu’ici. C’était un cadeau précieux et rare. Sur la page de garde avait été ajoutée à la main, et dans une écriture particulièrement soignée, une dédicace à son attention

« Ai confiance en toi. Je ne doute aucunement qu’un tel choix, aussi déraisonnable que dangereux, soit un fardeau extraordinairement pesant. Je sais qui tu es, comment ton esprit fonctionne. Je ne doute aucunement que tu te sois inclinée devant l’évidence. En conséquence tu dois suivre ce chemin et, qui sait, il croisera peut-être celui de vieilles connaissances qui ne t’ont jamais oubliées. Sois forte, incarne le symbole et l’espoir. Puisses-tu accomplir ton dessein et écrire ce qui doit l’être».

Son ancien Mentor avait dû remuer ciel et terre pour lui faire parvenir cet ouvrage. Il avait, lui aussi, joué à un jeu particulièrement dangereux pour lui faire remettre un simple message. Alvinia avait son idée sur la manière dont il avait réussi ce tour de force.

-Madame ?

Le jeune homme, en tenue de travail, avait presque l’âge d’un enfant. Elle ne le connaissait pas, elle en connaissait si peu. Elle photographia le visage et décela des signes de malaise mais aussi d’excitation sur ce visage juvénile.

-Quel âge avez-vous ?

-24 ans Madame. Je suis arrivé dès que j’ai su que vous prépariez un plan d’envergure. N’ayant pas d’attache et envie de voyager, je n’ai pas hésité.

-Vous ne serez pas déçu jeune homme

-Adrien, Madame. Je m’appelle Adrien Gart et je suis affecté à la logistique sur l’Orichalque, Madame.

Sa voix tremblait un peu. Il se grattait la peau du pouce avec son index et se frottait régulièrement le nez. Des gestes instinctifs très difficilement contrôlables dont elle n’allait pas lui parler, de peur de le mettre encore plus mal à l’aise.

-Que puis-je pour vous Monsieur Gart ? Le superviseur n’a pas eu la possibilité de venir me voir en personne ?

-Comment savez-vous que….euh…pardon. Monsieur le superviseur m’a demandé de vous remettre un message.

Le jeune homme lui tendit un PAD. Puis, une fois remis il salua Alvinia et quitta la pièce, encadré par les deux Bah’kkar du leader de la flotte.

Le message était concis.

Madame, j’ai reçu un message de la part de l’un de mes contacts au sein de l’Alliance. Je n’irais pas dire qu’il est un ami, mais il a eu vent de nos projets et aimerait nous soutenir. Je suis parti à sa rencontre afin de lui parler en personne. Dès que j’aurais discuté avec ce contact pour voir de quoi il retourne, je rejoins la flotte. Ca ne devrait pas être long. Je vous ferais parvenir les informations obtenues dès que possible.

Terminé.

Elle soupira. Il avait ce don agaçant de n’en faire qu’à sa tête, mais, comme beaucoup de personnes avec son profil, il avait développé un incroyable instinct de survie qui le trompait rarement. S’il était parti c’était que les autres choix n’étaient pas, à ses yeux, sûrs. Elle devait respecter cela.

Pourvu que ce soit utile et que son retour se fasse rapidement, le départ était imminent.

*Lire la biographie de Alvinia de Messalina

 

Vous pouvez lire et télécharger cet article au format PDF pour un meilleur confort de lecture. Toute reproduction ou diffusion interdite.

[dkpdf-button]



Laisser un commentaire