Mark, journaliste

AN4-12

Temps de lecture : 14 minutes

Le Cours Toujours filait bon train en direction de Kalak, après un périple de quelques dizaines d’années-lumière à l’extérieur des sphères d’influence de la bulle. Le Hauler émettait toujours ce bruit d’électro-ménager bon marché, balançait quelques alarmes ponctuelles, craquait parfois, tirant Mark de ses pensées. Il venait de passer ces derniers jours à poursuivre son enquête sur les vendeurs d’esclaves. C’était un marché florissant dans le coin, et son article commençait à être bien étoffé. Peut-être pourrait-il arriver à déclencher une enquête fédérale s’il arrivait à publier son article dans les bons médias. Il avait aussi retenté une visite en VRS sur une lune d’une planète lointaine. Et pour la 2ème fois, ce fut de nouveau le jackpot, il avait réussi à mettre la main sur du matériel électronique et informatique. Certes ce n’était pas de l’or, mais ça paierait les frais d’enquête.

À quelques sauts de Kalak, après un arrêt assez rude entre 2 soleils, et afin de refroidir les machines, il mit le cap vers l’espace profond, en surveillant la jauge de température. Une alarme puissante retentit dans la cabine suivi de la voix de l’ordinateur de bord, de son ton androgyne :

-« Interception FSD en cours »

Panique, sang-froid, peur, concentration… Tout se mélangeait dans l’esprit de Mark, vite, il fallait calculer ses chances. L’intercepteur, encore inconnu, semblait puissant, les quelques manœuvres de base que Mark connaissait ne pourraient rien faire contre lui, autant se soumettre. Il coupa les propulseurs SC.

-« Soumission à la cible, arrêt du Super Cruise »

Plongé dans le noir de l’espace, avec un soleil à peine plus gros qu’un spot à leds pour seule lumière, Mark enclencha les senseurs de suivi de cible, vestiges militaires de l’armement du Hauler, dont la partie principale, un laser, fut troquée contre un VRS quelques semaines auparavant.

-Détection et identification de la cible, demanda-t-il à l’ordinateur de bord.

-« Cible dans votre 180, élévation nulle, à 3Mm, vaisseau de type Anaconda, ce vaisseau vient de déployer son armement. Chance de survie estimée en cas de combat à … »

-Ça va, c’est bon, coupa-t-il.

Pas de possibilité de combat, la soumission à la cible en cas d’interception permettait de repartir plus vite, il pianota quelques instructions sur l’ordinateur de navigation, ciblant le système Kalak. Le FSD sera prêt à repartir sous peu.

-Préparation au bond FSD.

-« Masse perturbatrice de force 30, mode FSD mis en attente »

-Quoi ? Mais un Anaconda n’est pas aussi gros ! Ordinateur, analyse du vaisseau cible.

-« Vaisseau de type anaconda, coque endommagée, estimation des dégâts à 12%, pas de trace de vie à bord, identification AN4-12, pas d’enregistrement de pilote dans la base de données… »

-Un vaisseau sans pilote qui m’intercepte ? Tu peux commencer une auto-vérification, boîte de conserve !

Mark, poussa les moteurs, enclencha le boost, cela permettait de se sortir de mauvais pas, et il pourrait bientôt relancer la charge du FSD, un Anaconda était gros mais lent, le Hauler avait ses chances.

-« AN4-12 nous suit, masse perturbatrice en augmentation. AN4-12 nous dépasse, il vient se placer en interception, charge des canons rotatifs et augmentation de la puissance affectée aux lasers… »

-Ok, ok ! Arrêt immédiat !

Le vieux Hauler faisait désormais face à une masse imposante, la scène ressemblait à ces vieilles vidéos de chasse d’animaux sauvages contre du petit gibier. L’antilope, c’était le cours-toujours, la lionne affamée cet Anaconda. Et pour l’instant la lionne fixait l’antilope, droit dans les yeux, scellant son destin de son regard.

-« Bizarre qu’il n’ait pas encore ouvert le feu » se dit Mark. Les secondes s’égrainaient, l’attente devenait pesante.

-« canal de communication vocale entrante »

-Un vaisseau sans pilote qui veut me parler ??? Boîte de conserve rouillée ! Ouvre le canal.

-« PARDON, JE VOUS PRIE DE M’EXCUSER »

-Baisse le volume !

La voix qui sortait du haut-parleur était métallique, et très puissante. Le vaisseau fantôme hurlait ses excuses d’avoir intercepté le Hauler !

-Ici le cours-toujours, identification STF#05, pilote Mark Stevensson, à qui ai-je l’honneur ?

-Pardon, je suis nouveau ici, et je ne peux en dire plus.

-Euh, parfait, pourrai-je poursuivre mon voyage, AN4-12 ?

-Je suis nouveau dans ce système, j’ai balancé un peu de ***, désolé.

Il y avait quelques modulations dans les messages reçus par Mark, pourtant le système de communication fonctionnait à merveille, pour l’instant. L’anaconda s’approchait lentement du Hauler, et menaçait à tout instant de pulvériser la coque, même sans usage de ses armes.

-Mais bordel, que voulez-vous ? Je suis un journaliste, je n’ai pas de cargo intéressant, je voudrai poursuivre mon voyage. Merci de me libérer la voie, je vous prie, AN4-12 !

-Je préfère ni voir ni entendre ce que font les … C’est plus facile pour les …

Mark était intrigué mais aussi abasourdi, ce pilote avait des propos incohérents, il avait dû abuser de drogues et autres joyeusetés dans le cockpit et maintenant c’était lui qui faisait les frais de son état. Sauf que l’ivrogne local avait une puissance de feu qui pouvait arrêter une escadrille de Vipers de la Fédération à lui tout seul. Et son ordinateur de bord était incapable d’avoir une vision réaliste de ce qu’il avait en face de lui.

-AN4-12, quels sont vos objectifs ? Pouvons-nous trouver un terrain d’entente ?

-Désolé, je suis absent ce soir… Un ordre de mon supérieur doit … surprise.

-Mais c’est une blague ? On comprend rien, mon vieux ! Soyez plus clair !

-C’est une blague que je ne comprends pas moi-même.

-Bon, baissez ces points d’emport, s’il vous plait, ne faites pas l’imbécile.

-Pour moi, c’est un imbécile qui essaie de faire encore plus l’imbécile, nul

-Quoi ?

Il fallait faire quelque chose, cette chose et son pilote pouvait à tout moment appuyer sur le mauvais bouton, et le Hauler allait rejoindre le paradis des épaves cosmiques, et son pilote, s’il en avait le temps allait devenir un client de Medicorp. Mark essaya de manœuvrer doucement le Hauler, mais l’anaconda revenait sans cesse en face de la cabine.

-Bon, AN4-12, précisez-moi ce que vous voulez faire. Je n’ai pas de cargo intéressant, et je ne suis pas armé.

-Oups, désolé, je quitte… moi… désolé… adieu…

Sa cargaison ne valait rien… sauf si… Sauf si ce vaisseau était réellement non piloté par un humain, une sorte d’auto-navigation par l’ordinateur de bord, ou un robot humanoïde Achilles, pourquoi pas. Sa cargaison pouvait éventuellement intéresser une forme de vie basée sur le silicium et l’électronique…

-Ordinateur, prépare l’éjection de la cargaison. À mon signal.

-« Déplacement des unités de cargaison en cours »

-AN4-12, où est votre pilote ? Avez-vous des humains à bord ?

-Comment dire… Je suis seul, je préfère être seul et rester seul. Merci pour votre accueil mais je préfère vivre seul et mourir seul.

« Et en plus ce tas de ferraille est dépressif ! ». Mark allait tenter le tout pour le tout, il risquait gros, cet anaconda ne lui ferait pas de cadeau s’il utilisait ne serait-ce que son plus petit laser.

-AN4-12, je vais ouvrir ma soute, ce n’est pas une action hostile, ne tirez pas.

-Je ne suis pas hostile…

-Ouais enfin, une IA qui déploie des points d’emport est un petit peu hostile, désolé.

-Désolé. Je ne suis pas une IA, je fais juste passer un message et j’aimerai que vous le transmettiez, merci

-« Flux de données incohérentes en cours de téléchargement »

-Mets ces données dans un dossier sécurisé, aucune lecture, pas d’analyse !

-« Reçu »

« Ce vaisseau avait donc quelque chose à dire », Mark était soucieux, la transmission n’avait pas mis fin à la menace, les canons tournaient toujours, l’Anaconda était suffisamment proche pour voir les affûts rotatifs.

-AN4-12, je vais larguer ma cargaison, merci de l’analyser, je vous l’offre.

-Je crois que je vais vous quitter… désolé… trop de …

-Ordinateur, largue la cargaison !

4 caisses de matériel électronique, d’informatique, de supraconducteurs et d’unités de refroidissement quittaient le Hauler par sa poupe, poussées par l’éjecteur du vaisseau. L’anaconda baissa un peu le nez, on pouvait presque sentir les senseurs crépiter. C’était maintenant que Mark allait savoir si son idée arriverait à un résultat salvateur. Il fallait que l’Anaconda soit intéressé par cette cargaison. Il saisit les commandes de l’appareil.

-« Vaisseau cible escamote ses points d’emport et ouvre sa soute de récupération. Présence de drones détectée, mouvement… »

-Ouais ok, charge du FSD, puissance sur les moteurs au maximum.

Il enclencha le boost tout en tirant sur le manche, il allait frôler cette masse de métal immense. Il avait un œil sur le pilotage, mais l’autre sur les senseurs.

-« Vaisseau cible en train de récupérer les unités de cargaison »

1800m, le compteur de charge FSD venait de se réveiller, et la barre de progression augmentait un peu. Il appuya de nouveau sur le boost. 300m par seconde, le Hauler exprimait tout son désaccord quant à cette vitesse démesurée pour sa structure. 4500m, la charge du FSD était à plus de la moitié.

-« Vaisseau cible vient de finir de récupérer la cargaison, repli des drones, et escamotage de l’écope de cargaison. »

Bon sang, ça allait être juste, l’anaconda pouvait, à tout instant, décider de revenir papoter avec le Cours-Toujours avec son armement dissuasif. 6000m, limite de portée des senseurs, Mark allait perdre de « vue » l’Anaconda, la charge FSD était à 99% !

-Je vais vous quitter, moi, ça reste privé…

Ce furent les derniers mots qu’entendit Mark en provenance de l’AN4-12, le FSD venait de déclencher le compte à rebours, 4 secondes plus tard, le Hauler était dans l’espace fantôme en direction du système suivant qui le mènerait à Kalak.

 

Une fois parvenu à Nobel Terminal, Mark trouva rapidement SteFBlood et lui fit part de sa dernière aventure. Les articles promis étaient finalement plus fades que cette histoire, et SteFBlood écouta avec plaisir et attention chaque point de cette mystérieuse rencontre. Il demanda à récupérer les données du vaisseau, il faudra les analyser.

-Bon, Mark, je pense que ton Hauler n’est pas vraiment taillé pour l’aventure. Ça fait 1 mois que tu voles, et tu t’es déjà fait intercepter 2 fois, et ton armement se limite à un laser sur ton VRS, il va vraiment falloir que tu changes de coquille de noix.

-Euh oui, mais au niveau finances, avec ce que j’ai consommé en carburant et largué dans l’espace, je dois à peine pouvoir me racheter un demi Hauler…

-Qui te parle d’acheter ? Revends ton vaisseau pour te faire une trésorerie, je te prête un vaisseau, il ne me sert guère.

-Un vaisseau ? Mais c’est trop, vous avez déjà fait beaucoup pour moi, je ne voudrai pas…

-Si, tu le voudras, quand je t’aurai dit ce que c’est. Seulement, il va te falloir passer quelques cours de pilotage. Ton vaisseau s’appelle le Cours-Toujours, n’est-ce pas ? Ton nouveau vaisseau s’appellera donc le Cours-Toujours 2, et c’est celui-là :

Mark regarda le datapad que lui présentait SteFBlood. Les larmes lui montèrent aux yeux, la respiration se coupa net pendant quelques secondes… Un courrier impérial, moteurs améliorés, FSD révisé par Felicity Farseer, canons à fragmentation et laser à rafale survitaminé, ce vaisseau valait 20 millions de crédits !

-Euh… je signe où ?

 



Laisser un commentaire